29 mai 2010

O.T.H. "cassettes, live, etc..." (1981-1985)


Pour le coup, on est pas vraiment dans la nostalgie « Sainté Punk », là, mais carrément dans celle du punk français des 80’s !
O.T.H. étaient bien entendu de Montpell’, mais quelque part, vu l’impact qu’ils ont eu sur la scène stéphanoise de l’époque, ils méritent allllllllègrement de figurer ici !
Des preuves ?
Ok :
- c’était un des seuls groupes qui jouaient toujours une paire de fois par an sur Saint-E. ou ses alentours (alors qu’il y avait 20 fois moins de concerts que maintenant, sans exagérer )
- ils ont sorti plusieurs disques et K7 sur le label stéphanois de l’époque (Kronchtadt Tapes)
- leur 3eme K7 a été enregistré chez nous en live
- ils étaient n°1 quand au nombre de badges et d’inscriptions sur les vestes des punks locaux de cette période (loin, loin devant les Bérus ou LSD ! ! !)
- ils citent Saint Etienne dans « Le cri de ralliement »
- y’a écrit Saint-E. sur la guitare du dessin de l’insert du 2eme alboum
- il n’était pas rare de croiser Spi, le chanteur, dans les rues de la ville, même à la fin des Nauf’
- les groupes punks stéphanois de l’époque s’essayaient tous à une reprise de leur répertoire
- et je vous raconte pas le nombre de bombages « OTH » sur les murs de not’ cité !

Je pourrais continuer longtemps avec des machins du genre… le fait est que Sainté s’est très tôt « approprié » OTH  et que c’était LE groupe français référence, par ici.


Je considère toujours que leur premier LP, le magnifique « Réussite », est un des 5 meilleurs skeuds de l’histoire du r’n’r français. Une tuerie de punk’n’roll offensif, nihiliste, avec des refrains imparables (des hymnes !) et une production parfaite.
En plus, c’était bien un des seuls groupes punk des années 80 à ne pas jouer comme des patates sur scène ! J’ai des putains de souvenirs de leurs concerts, comme celui du Hall Gaty en 86 où un pogo monstre de 200 à 300 pélos soulevait les 2cm de poussière présents sur le sol (le Hall gaty servait pour les puces du dimanche matin, en hiver !). On voyait plus la scène à  10 mètres ! Les Bérus, juste après eux, c’était…euh… rigolo ! Mais rien de comparable avec la puissance des 5 gars de Montpellier. 
Et le concert avorté du Crêt de montaud en 87, où on avait coincé comme des malades sur leur balance l’aprème pour qu’une pluie diluvienne s’abatte sur nous une heure à peine avant le début des concerts… et v’là mes petits punks trempés, essayant de s’abriter sous les praticables, pour finir par descendre de Montaud en courrant jusqu’à l’Armageddon (LE bar punk d’alors, qui s’appellera ensuite La Main Rouge, puis… L’Entre-Pôts ! !). Même sur la fin du groupe, je me souviens que j’avais été impressionné par leur concert du mythique festival de St Amand : une grosse machine de guerre r’n’r, super carré mais toujours au feeling.



Par contre, c’est clair que sur disques, tout de suite après « Sur des charbons ardents », j’ai assez vite décroché. A partir de « Sauvagerie », le ton était nettement plus hard-seventies et le chant et les textes étaient passés de « version française de Johnny Rotten » à un truc beaucoup plus lyrique et littéraire, presque « chanson-française », qui ne m’a jamais trop accroché… et ne parlons pas du dernier LP « Explorateur », une des plus grandes catastrophes du rock français, celui-là ! ! ! Une bouse stratosphérique !


Et finalement, dans les meilleurs prods d’OTH, avec « Réussite », il y a définitivement leurs K7 !
Je ne parlerais pas de la première, « Classé X », vu que je ne l’ai jamais écouté et je crois d’ailleurs que je ne connais personne qui ait eu ce privilège… Par contre, je me souviens bien du jour où on a découvert « Pain de guerre » (ou «Live in the church » vu que sur certaines copies, y’avait ça écrit dessus) chez un rocker plus vieux que nous,coucou Jean-Phi ! ! La claque ! La cassette arrivait dans un sachet craft du même type que ceux qu’ils te filaient à l’armée où se trouvaient des biscuits imbouffables (les « pain de guerre », d’où le nom), avec quelques petits cartons joliment sérigraphiés. Si mes souvenirs sont bons, les titres avaient été enregistrés en live à Grenoble en 1982, en première partie des lords Of The New Church.  Le truc cool c’est que par rapport aux skeuds, y’avait des inédits : « la chair humaine ne vaut pas cher », « la parole est à l’accusé », « 1981 » la reprise du « too drunk to fuck » des Dead Ken’ devenue « fureur d’être ivre », et une putain de version démo en studio de « la France dort » !
Deux ans plus tard, en 1984, leur concert à la M.C.C. de St-Etienne sera lui aussi enregistré et sortira en K7 chez Kronchtadt sous le nom de « Cœur & Cuir – Live ». Là aussi, une paire d’inédits : « vive les barbituriques », une de leurs meilleurs chansons à mon avis , et une reprise du « let’s talk about girls » du Chocolate Watchband (aussi repris par les Undertones en leurs temps !) transformée en « c’est trop pour ma tête » !



Donc du coup, dans le dossier que je vous met à télécharger, j’ai mis 10 titres de « Pain de guerre », 5 de « Cœur & cuir » et j’ai rajouté :
- « Hommes des cavernes modernes » en live à Toulouse en 1985 (issu de la compilation K7 « Ultraviolette n°2 » sortie par FMR)
- « Attention tension » et « Insoumission obligatoire » tirées d’un live à Montpellier en 1981
- « Le cri de ralliement » face B du 45t « Rapetou » de 85
- « Homme des cavernes modernes » tirée de la compilation LP « Les héros du peuple sont immortels »
- « Ne les laisse pas tomber » une reprise des Meteors en live à Sail-sous-Couzan en 85 !



Pour savoir d’où viennent les titres, cliquez « propriété » sur les mp3, ça vous l’affichera . Je pouvais pas mettre tout « Pain de guerre » et « Cœur et cuir », le dossier aurait été trop gros.
voili voilou, 21 titres au total à choper ici-même.


Dire que quand j'étais au collège (!!), y'avait eu cette affiche de collée devant pour un concert:













et ouais ! Ca collait des affiches devant les facs, les lycées, et... les collèges !!!!!!!!!!!!!! Cétait une autre paire de manches que de juste balancer un tract sur le net, hein !

allez, pour la route, l'édito du zine livré avec la compile "Les héros du peuple sont immortesl" (cliquez dessus pour le voir plus gros) qui 25 ans après n'a pas si mal vieillit, héhéhéhé:














allez, emballez !!!!!!

I'M SO BOO-OOO-OORED WITH THE U.M.P. !!!

Hé ! Le titre m’a été soufflé par Olivier aka « le Baub », rendons à César ce qui…

Alors oui, acheter des disques c’est cool.
Et puis il faut en profiter : avec les FILS DE PUTAINS de la bourgeoisie qui nous dirigent, on aura bientôt même plus la possibilité de s’acheter des pâtes (ou des patates, pour ceux qui préfèrent).
Alors oui c’est bien agréable de voir que le téléchargement a mis une bonne tarte dans la gueule de l’industrie du spectacle, mais acheter un beau vinyl directos au label ou au groupe, ça reste tout de même une démarche des plus sympathiques.
Et après on peut frimer auprès des filles avec sa super collec’ de vinyls (ça marche, ça ?)

Voilou une petite sélection de trucs sur lesquels j’ai mis la main ces derniers mois, je causerais d’autres plus tard:


FAT BEAVERS « s/t » LP
Un trio Parisien pour un punk-rock multiforme : tantôt punk-H.C. assez mélodique, tantôt carrément pop, et certains titres me rappellent aussi fortement toute une période de Dischord Records, Gray Matter / Rites Of Spring / Embrace en tête, pour leurs mélodies heurtées et énergiques. D’excellentes compos, un disque aux ambiances variées mais  au son homogène et à la production agréablement « live ».  Je suis pas déçu, c’est une très bonne surprise !
dispo ici



BERNAYS PROPAGANDA « My personal holiday » LP
Les macédoniens ex-F.P.O. pour un truc surprenant vu leurs antécédents: du post-punk rythmé et assez dansant, finalement plutôt dans l’air du temps, mais dans sa version pur DIY et bon esprit, ouf ! Donc voilà, ça m’a un peu fait penser à Gang Of 4, Pop Group ou même aux trucs les plus énergiques de XTC, mais je maîtrise assez mal le genre donc je peux me tromper. Aussi à quelques groupes Dischord , encore une fois, mais des 90’s cette fois. Une gloire locale m’a dit que ça lui rappelait à donf’ Le Tigre, je le crois sur parole ! Grosse production puissante, des chansons à l’accroche évidente et un chouette chant féminin en macédonien qui rajoute pas mal de cachet. Je sais pas, l’ambiance y est chaleureusement froide ! Très chouette, vraiment !
dispo ici


NIHIL BAXTER «Don Quixotte EP » 45t
10 titres dans un pur délire early-H.C. pour ces allemands, avec le son bien brut qui va bien ! J’approuve à 100% les paroles de « Fuck Tibet », héhéhéhé ! Une bonne petite galette bien furieuse et fun où ça gueule et ça joue vite !
on le chope là !

HÜSKER DÜ « The truth hurts – early demos 1979-1980 » LP
Un bootleg des Hüskers, ça se refuse pas ! Celui-ci reprend leurs trois premières démos et 2 « outtakes » du 7’ « Statues ». Le son n’est pas trop mauvais (même si il faut s’accrocher sur la 1ere démo !), la pochette est chouette, bref ça fait quand même du document indispensable pour le fan, surtout en considérant que si on trouvait assez facilement ces bandes sur le net, certains de ces titres n’avaient pas connus de sorties vinyl à ce jour (à part 1 sur le 45t pirate « Drug Party » et 8 autres sur le LP boot « Early demos » ; ça en fait donc une demi-douzaine en rab’). Les Huskers à leurs débuts, donc, avant qu’ils ne mettent le pieds sur la pédale de l’accélérateur, pour un punk froid et mélodique déjà bien charismatique.
j'l'ai trouvé chez La vida es un mus

28 mai 2010

SWITCH STANCE "live & rare !!!" (1995-1996)

La semaine dernière j'avais mis la face de leur split 45t avec BAD TASTE à cet endroit

Aujourd'hui je vous balance une petite sélection qui me fait bien plaisir et j'en profite pour remercier Frank de m'avoir fait déraper des trucs, le straight-edge à 1/4 de temps sur lequel je comptais a pas encore récupéré son disque dur où il avait du Switch Stance dessus, ahahah.



Alors voilà ce que j'ai mis dans le dossier:

1/ "Touch too much"
(tirée de la compile Lp "Descendu en Flammes - Ac/Dc revisité par Saint-E." / ripé d'après le vinyl)
2/ "Joe's Father"
(titre live déjà sorti sur la compile CD "Don't Fuck with Saint-Etienne")
3/ "Working Society"
(inédit de la session du 45t ! ça bute !!!!!!! rejeté parcequ'il y avait un pain dans le son)
4/ "Go ahead"
(inédit live !)
5/ "I'd better sleep"  
(inédit live !)
6/ "Switch never forget"
(inédit live !)
7/ "Switch Stance"
(inédit live !)

+ un scan de 2 pages d'interview parues dans Meantime n°2 en 1997


ENJOY !!!!!!

TOO DRUNK TO DUB « Less or more Dub » (2001)


Quel dommage que ce CD-R n’ait pas connu une sortie vinyle digne de ce nom ! ! !
TOO DRUNK TO DUB, c’était un trio composé de Laurent (ex-Internal, Silicone Damage), Hamani (ex-Silicone, Perfect Cousins) et Laurent « LLB » (ex-PPCCDMM, Spit).
Leur truc de départ, c’était une sorte de reggae-dub urbain, joué au travers d’un filtre punk-rock, et finalement très proche de ce que les Ruts avaient pu expérimenter en matière de clash reggae/punk, et plus encore du mythique « Rhythm Collision Dub » des Ruts DC.
Là, c’est la première démo, enregistrée au printemps 2001 avec les 2/3 des Protex Blue de l’époque venus faire des « featurings » impromptus.
Terrible ! L’enregistrement respecte le cahier des charges reggae sans en faire un truc pseudo-jamaïcain à deux centimes, avec en sus ce p’tit côté punk-DIY qui fait tout son charme !

Ça se chope ici !

Je mettrais la deuxième démo dans quelques temps, promis !


QUESTIONS/REPONSES: David "D.T.H."

 Zouuuuuuuuu, volume 4 des QUESTIONS/REPONSES avec le témoignage de David "D.T.H." ce coup-ci !





-Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ?
Des grands frères de copains, puis un prof d’histoire au lycée qui m’initie moi, mon frère Olivier et un cercle très restreint de 2-3 autres jeunes punks. Collés mardi, 2 jours après le prof mate nos badges (bérus, oth) et nous apporte 2 kilos de vinyls parmi lesquels les disques les plus importants de ma vie : le 2è SLF, le 1er Buzzcocks, le 1er Saints, « L.AM.F. » de J.Thunders+Heartbreakers,  « Damaged » de Black Flag  puis des choses étranges comme les Cramps, Scientists, Crime+The City Solution… on était assez alternatif français et voilà une ouverture incroyable sur le reste du monde punkoide…
A cette époque, le simple fait de (parler de) faire un groupe, de porter des docs et un bomber étaient déjà des actes subversifs, ça te mettait direct en marge par rapport aux autres crétins du lycée.
J’ai donc chopé une guitare et appris tant bien que mal (plutôt mal) à plaquer 2-3 accords. On avait déjà monté un groupe « exutoire »,  juste une boite à rythme et des micros avec 2 potes (je citerais pas les noms pour pas les compromettre…), puis mon frère nous a rejoint et c’est devenu un peu plus sérieux avec une vraie batterie, basse, guitares et amplis (pourris). On savait toujours pas jouer. Puis 2 mecs de La Ric qui faisait la même chose de leur côté sont venus mettre (un peu plus) le bordel.
La connexion avec la « scène stéphanoise » démarre avec la rencontre des mecs d’Internal Exil, puis celle des « punks du nord » (nous étions du sud, Honoré d’urfé rules !), Sixpack et Prejudice crew.
Parallèlement on allait à tous les concerts du Mad’sCo (ah, la Bourse du travail, le Centre-Gliss, puis le Mistral… grande époque !).
Jetés du centre social du Montcel, on rencontre l’asso Sauf Imprévu qui construisait son local de répét rue Neyron ; une scène locale renaissait, après une période creuse, sur les cendres d’anciens combos des 80’s et sous l’impulsion de pas mal de nouvelles têtes dont je faisais partie.

-Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Des trucs pas constructifs comme des tags ou des pochoirs sur les murs dans et autour du bahut (ça m’occupait des soirées à les faire…) ; premières expériences scéniques en juin 92 avec F.J. et Kangaroos. Des putains de bons moments en fait !
La motivation, c’était comme Terry Chimes : me payer une Jaguar Type E avec les cachets des concerts ! Non, sérieux, il y avait un espace à occuper il me semble, quelque chose d’assez fort se passait avec une nouvelle génération post rock-alterno, mi-grunge mi-hard core qui débarquait sur SaintE et environs. Et voilà, j’étais là, le BAC en poche et sans perspective d’avenir claire. Je voulais simplement vivre ces moments cruciaux dans une vie, où d’un coup tout semble possible.

-Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?
De fin 88 à mi 91 : fervent spectateur ! Apprenti guitariste, poussées d’acné et déceptions sentimentales.
Début 91-Mi 93 : bassiste dans Fucking Jo et dans KangaRoos, une poignée de concerts, pas de traces discographiques hormis des titres sur la compil « Mort ou vif » et des K7 de répét assez inaudibles.
De fin 93 à 97 environ : participation à Tranzophobia puis Meantime et les joies du fanzinat : rédaction d’articles, mise en page/maquettage, photocopies… et aussi un peu de radio-dio, 2-3 interviews et quelques orga de concerts mémorables ; pas mal de soirée affichage du coup, vive la colle…
De 93 à 2000 : passage dans divers groupes de gangsters (Natives, Purple Pill Eaters, Perfect Cousins, Protex Blue, Gascookers), bassiste intérimaire dans Fouilla Tribe puis beaucoup plus tard de Boxing Elena.



-Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoise en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
Les débuts chaotiques de Tranzophobia avec une réunion improbable de pas mal de futurs activistes de la scène. Bien marrant, même si certaines soirées tournaient à la grosse prise de chou conceptuelle.
Des répét dans la cave des Rubet au milieu de mobs 103 en pièces détachées ; parfois des passants débarquaient comme ça, juste pour voir qui était responsable de ce bruit… we come from garageland, on leur disait…
Avoir joué avec Slim dans un groupe (F.J.), très bon délire aussi. La gueule du patron de « L’Himalayan », le soir où on a joué avec SixPack et Bend Sinister et où 250 pélos se sont pointer dans son petit bar.
De bons moments avec les P.C. (un mémorable et viril après-gig à Ugine par exemple).
La tension d’avant concert, la décompression qui suit.
En tant que spectateur, une chouette période (92 à 96) aussi bien sur scène que dans le public, beaucoup de spontanéité et de franche rigolade.
Voir le guitariste de SixPack blanc comme un linge avant de monter sur scène, ça faisait partie aussi des rituels cools ; ce qui ne les empêchait pas de sortir des sets furieux ; je me souviens de leur version de « He’s waiting » des Sonics, enchainé à « Bound to fail » à l’Entre-Pots : mortel.

-Les pires ?
Bah… je me souviens que des meilleurs. Mais s’il faut les évoquer : les copains qui partent trop tôt, des bastons à la con où des potes se font amocher. Le braquage des locaux de Sauf Imprévu. La fin des P.C. et de Protex Blue (à titre perso). Avoir joué avec un batteur sous tranquillisant…



-Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
L’unité, mec : à un moment donné, pas mal de gens avec des références et des horizons divers ont mis en commun leurs passions pour faire vivre quelque chose par ici. Après, est-ce que ça s’inscrit dans la durée ? A part LFP (et Meantime hehe), je vois pas. Et puis est-ce le but du jeu, d’ailleurs ? Eternelle complainte du manque de lieux de concerts, les mêmes têtes qui sont là essentiellement pour vider des glutes, une scène créative évoluant en microcosme sectaire, replié sur lui-même… bon ce sont des travers qu’on doit retrouver un peu partout, non ? Le truc, c’est qu’une fois arrivé à ce stade (il ne reste plus que lui pour certains), difficile de renouveler les troupes. Une question d’âge aussi. Passé 30 ans on se dit tous plus ou moins que le punk est mort. Le hic c’est qu’on a presque tous dépassé la trentaine ; d’autres priorités prennent le pas, la vie de famille ou d’autres conneries… Je vois pas des gamins débarquer dans les concerts, ça fait pas envie et puis on est pas leurs amis dans FaceBook… ah, en fait il y a d’autres scènes parallèles mais on le sait même pas !

-Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
- The Perfect Pack Split E.P.
- Le 2è album de SixPack « Reading History », bon je l’écoute pas trop, ça me déprime mais woaoh…
- Boxing Elena « Yallah ! »
- Spit « 1ère démo », aurait mérité 100 fois un meilleur enregistrement (c’est en cours, les gars ?)
- Protex Blue « ANP E.P »
J’en ajoute un sixième just for fun : Switch Stance/Bad Taste Split E.P.

-Tes activités actuelles ?
Rien en rapport avec le rock’n’roll. Vélo, boulot, dodo. Parfois j’ai en tête cet air des Rats, « je m’emmerde »…

-Un truc que t’aurais à rajouter ?
Je me ferais bien un bowling avec Jesus (hum… j’ai trop regardé « The Big Lebowski » ces temps-ci).

KOENIGSTEIN YOUTH (2010)

Hop, des nouvelles fraîches des KOENIGSBIER YOUTH !
Ils sont revenus d'une tournée avec STRONG AS TEN les ayant emmenés en Italie, ex-Yougoslavie et Grêce (où la situation sociale plus que tendue aura entrainé l'annulation d'une date dans un squatt, celui-ci étant sous surveillance des porcs en bleu !).



Le concert qu'ils ont donné ya une paire de semaines à sainté avec STATE POISON était d'ailleurs bien péchu, ça sert de tourner régulièrement, quand même !

Ils ont aussi enregistré une demi-douzaine de titres en quenellie ya quelques mois, qui sortiront sur un split EP avec Strong As Ten et sur des compiles. C'est toujours du fast-HardCore à l'ancienne, mais ça tend de plus en plus vers un Trash-core un peu metal, limite Crossover ! D'ailleurs l'autre jour, en plus de la reprise "avec une mesure de trop dans la tradition stéphanoise" de Negative Approach, ils en ont aussi faite une de S.O.D. !

Je vous met un titre issue de la dernière session à télécharger là: PARASITES

sinon: Koenigstein Youth = ça + ça

et leur site est

Bon, d'ici dimanche, je remettrais quelques volumes de Questions / Réponses, ainsi que des trucs à télécharger: inédits et live de Switch Stance, intégrale de Retch, un live de Vomit For Breakfast, la K7 de Black Crazy Cow, les démos de Too Drunk To Dub, leçons de chant de la Zaï, etc...
la semaine prochaine j'aurais pas le temps !
tchusssssssssssssss

27 mai 2010

QUESTIONS/REPONSES: Skub "Toujours Rien"

Allez zou, un 3eme ! La suite dans quelques jours !! Et je mettrais aussi d'autres démos et skeuds de punk stéphanois et autres, bien zzzzzzur !


-Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ?
Actif, euu c'est peut être un bien grand mot héhé ... A l'époque moi et mon meilleur pote Raf on était au bahut à Rive de Gier, en fait on habitait dans la vallée du Gier entre Saint Cham et rivdoc, on  découvrait le punk, on  s’faisait royalement chier, on essayait de fuir vers de nouveaux horizons, le punk représentait pour nous un échappatoire parfait . Des fois on montait les mercredi et les samedis a Sainté voir et acheter des skeuds au
Bankrobber et puis aussi prendre contact avec les "zones locales" (à l'époque t'avais encore des bandes de gamins qui tapaient de l'eau écarlate place du peuple arfarf ), en 2003-2004 on assiste a nos premiers concerts au Saint Pier dans la "zone chaos", et Main dans la Main chez La france Pue. A l'époque, pas de transport, on dormait chez des gens qu'on aimait pas ,ça nous est arrivé de dormir dans la rue juste pour des
concerts. En 2003 aussi on rencontre deux autres punks et skins de Saint Cham dont l'un avait un groupe "Les Enfants Du Désordre" qui jouaient aux brocantes, fête de la musique, etc....
Après y'a mon ref qui était branché crust grind a l'époque qui a eu le permis, du coup là on a commencé a faire beaucoup plus de concerts, des fois  on dormait a Izmir....voila comment on a pris contact avec la scène ...

-Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Alors fin 2004, après avoir pris réellement conscience de l'existence d'une scène locale, et qu'aussi le punk c'était pas bien dur a faire, on monte notre premier groupe : I.R.D (Internal Riot Desire héhé ... ) avec mon meilleur pote et deux autre jeunes de la vallée pas plus intéressé que ça par le punk. On donnait plutôt dans le ska-punk un peu franchouillard, on écoutait pas mal Ya Basta et Haine Brigade, on organise notre premier concert avec les Enfants Du Désordre dans un rade du coté du Crêt de Roch, "le Rencard", rade pas mal fréquenté par les rebs quadragénaires alcooliques, on avait pas de batteur, un synthé tout pourri en guise de boite a rythme, c'était assez chaotique, j’me rappellerais toujours de ce vieux rebeu bourré qui a la fin du concert me dit en titubant "toi t'iras loin !" arfarf ... ensuite on a fait pas mal de concerts a Sainté et dans la région...Pour moi les meilleurs moments connus avec ce groupe, c'était en 2006 au moment des manifs lycéennes CPE , par exemple ce fameux concert où on devait jouer dans un squat lyonnais, on attendait Raf le bassiste qui c'était fait coincer par les Crs et qui étais pas encore sur de sortir de gardav’ au moment du concert ....
A cette époque pas lointaine j'avais pas la même vision du punk et de la scène qu'aujourd'hui, y'avait ce côté romantique, les mots "anarchie " ou "squat" nous faisaient encore rêver , mais le truc en fait c'était surtout appartenir a quelque chose, d'appartenir au mouvement quoi, le punk c'était déjà mieux que tout ces beaufs qu'on voyait tous les jours autour de nous et à qui on voulait pas ressembler .. parce que dans la vallée du Gier, on se sentait un peu seuls quand même. Après, le groupe on le faisait surtout pour délirer , tuer l'ennui...

-Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?
Ben euuu niveau groupes :
de 2004 a 2007 j'étais chanteur guitariste dans IRD (ska-punk avec des tubes un peu franchouillards...),on a sortit une démo et fait une vingtaine  de concerts.
En 2007 on a formé POSITION CRASH avec mon meilleur pote, mon frère, Tony des Hainemis D'Etats , Orianne la meuf de mon meilleur pote et Tom, un skin de Saint Cham. J'avais trouvé le nom a partir de l'album des Babylon Fighters , j'étais guitariste , on faisait du hardcore-punk un peu mélodique et bien punk rock dans l'âme  la musique étais coolos malheureusement niveau chant c'étais pas la même chose, y'avait pas
vraiment de paroles et sa s'accordait mal entre LA MEUF et LE SKIN  du groupe, du coup on a fait 2-3 concerts et on a splitté bien dommage ... mon ref s'est barré dans STATE POISON et moi, Raf , Tony et deux autres potes on a monté TOUJOURS RIEN en 2008, le  groupe punk rock qui nous correspondait vraiment, je suis le chanteur , on a sortit une k7 débu2009 et cette année on a fait notre première tournée. En tout on a du faire une quarantaine de concerts et je crois que c'est loin d'être fini, on s'entend vraiment bien et on a plein de projets ensemble ...
Coté orga : ben j'ai du participer vraiment  a l'organisation d'une poignée de concerts , et sinon sa m'est arrivé de filer des coups de main à droite a gauche ...
Coté autres : j'ai participé pendant a peu près deux ans a l'émission de radio La france Pue ...
Et sinon on avait  ouvert en aout dernier avec des potes un bar/local asso pour losers en tout genre en face de la fac, c'était un lieu assez marrant où on pouvait se retrouver trankilou et ou se croisaient des punx, skins, rapeurs, gens de la rue, maniaco dépressifs, étudiants etc ... malheureusement on a du fermer 7 mois après par ce que le gars qui nous prêtait le local a voulu nous en virer ... bien dommage... ça s'appelait "LA RAGE DEDANS ". On ne remercie pas du tout les gens de la scène qui n'ont jamais foutu un pied chez nous et qui qualifiais notre local de "repère a speed ".

-Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoises en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
Mon meilleur souvenir en tant qu'actif c'est fin 2008 où on avait organisé un concert de soutien avec des  potes et de vrais gens avec qui on s'entendait bien a l'Entrepot Bellevue pour les potes en zonz. On avait fait jouer que des groupes locaux punk et hip hop, on a d'ailleurs joué ce soir la avec les Toujours Rien , on s'attendait pas a ce qu'il y ai grand monde et finalement on a fait plus de 200 entrées, le tout dans la joie et la bonne humeur, et on a filé plein de sous pour aider les poteaux a cantiner ...
En tant que public , je dirais cette journée /concert en décembre 2007 , le jour du "mariage punk", en fait ça devait être le 22 décembre 2007. Y'avais Mathilde et Brett (deux punx de la scène locale ) qui devaient aller se marier a la mairie par ce que Brett c'est un ricain et qu'il fallait qu'il se marie avec une française pour des raisons de papiers, bref ...  Ce jour la y'a eu pas mal de monde différents, de punx même "divergents " de la scène locale qui s'étaient réunis a la mairie pour rigoler , foutre un peu la merde et se mettre une bonne grosse race dès 9 h du mat’. Ensuite on a tous été à la Poulaille, le squat du moment, pour se taper l'apéro et le soir  y'avait un putain de concert au Local Asso  avec deux groupes espagnols, ça tombe bien j'étais dans ma période groupes espagnols, et là j'ai vue LE groupe de l'année : INSOMNIO, un groupe punk rock de zaragoza , un peu hardcore, un
peu mélodique, un peu  80's,  bref comme j'aime ! J'ai finis la soirée dans un état de décomposition mentale avancée en écoutant toute la nuit le 1er Lp d'Insomnio face a, faceb, face a, face b...
D'une manière générale la période fin 2007 début 2008 reste pour moi ma meilleure période à sainté, c'était assez parfait, y'avais le Local Asso géré par les punx ou qu'on pouvait faire ce qu'on veux et juste a coté y'avait la Poulaille un squatt remplit de bons gars bonnes gates où je passais toutes mes journées, c'était un peu ma Mjc vu que j'habitais pas loin non plus ...

-Les pires ?
Y'en a aussi plein comme par exemple se faire refouler d'un concert pour des raisons de gros naze par des gens qu'on estimait quand même un minimum, assister au lynchage moral de mon meilleur pote, voir la scène sous son plus mauvais jour, aspects communautaires et intégristes des plus dérangeants, apprendre la mort d'un camarade, l'enfermement d'un pote, tous ces drames communs  à pas mal de gens de cette scène je pense... Y'a aussi toutes ces fois où t'arrives à un concert, y'a un super groupe qui joue mais tu ne vois qu'une bande de vieux cons inertes devant ...et toi tu t’la donnes ... tout seul ...



-Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
Les forces : y'a plein de groupes différents, plein de concerts, le Diy est de mise ... je pense que la scène stéphanoise est moins divisée qu'ailleurs et que les gens des différents "courants" sont plus aptes à communiquer, à se collisioner, faire des trucs ensemble ou des remises en question ...y'a beaucoup de passion dans cette scène tout le monde est un peu activiste à sa manière, on ne se contente pas de "consommer" le punk . Autre force, un rapprochement qui se fait petit a petit avec la scène hip hop underground et ça c'est une bonne chose aussi...
Les faiblesses: pour moi la grande faiblesse actuelle de la scène stéphanoise c'est quand même son vieillissement, bien sur j’veux pas cracher sur les vieux mais bon aujourd'hui j'ai 23 ans  et je me retrouve
bien souvent a être le plus jeune (avec quelques  autres qui ont a peu près le même age ) présent au concert. Une moyenne d'âge plus proche de la trentaine que de la vingtaine, c'est quand même inquiétant, quand je vais à un concert j'ai des fois l'impression d'être a un rendez vous de vétérans, genre une partie de pétanque. Certains ont tellement fait de concerts dans leur vie qu'on dirait qu'ils en sont blasés, c'est à peine si des fois ils regardent le groupe qui jouent devant eux ;  je ne dis pas qu'ils n'ont plus de passion, en tout cas elle ne transparaît pas directement. Quand je vais ailleurs, je vois quand même plus de kids aux
concerts, en plus ce coté vétérans installe une sorte de hiérarchie intrinsèque entre les gens ou les assos, un coté punk rock institutionnel, personne ne l'avoue vraiment  ...
... sinon y'a aussi ce coté communautaire, familial c'est sympathique mais des fois sa peux paraître oppressant....

-Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
Oula question difficile… J'aurais peut être plus parlé de groupes que de skeuds ...
Alors bon en premier je mettrais le split Protex Blue /Xiola Blue pour la partie Protex bien sur, premier skeud punk rock stéphanois que j'ai chopé. Le seul où je connaisse les tubes par coeur, je l'ai écouté et réécouté et ça me rappel de biens bons souvenirs... ou peut être que sinon je mettrais tout simplement la compile Sauf Imprévu 89-99 (« Mort Ou Vif ») que j'ai découvert récemment et qui est remplie de bons morceaux ...
Le reste du classement est plus exhaustif :
Le 1er ep de Chaos ZobZobZob avec le tube « il va y'avoir du saaaaaaaang »
L'album « Position crash » des Babylon Fighters (je sais pas si on peux vraiment parler de punk )
La démo des Hainemis D'Etats pour le coté affectif de la chose et parce que c'est devenu quasi
directement mes meilleurs potes dans la scène ...
Hier grâce a ton blog j'ai enfin pu écouter la 1ere démo des Internal Exil et je pense queçsa serait carrément digne d'entrer dans mon top 5...
Aussi j'adorais les Straight To Hell, pour moi c'était tout simplement le meilleur groupe stéphanois récent, bien dommage qu'ils n'aient rien sortit de concret avant la fin ..

-Tes activités actuelles ?
Ben la j'essaye de planifier une tournée pour les Toujours Rien, on part en Euskadi et là je cherche d'autres dates dans le sud ouest ..
Aussi on va essayer de sortir un EP d'ici le début d'année prochaine mais on est des gros fauchés ...
On désespère pas également de rouvrir un truc avec La Rage Dedans, le mieux serait un local à concerts comme le Local Asso mais c'est assez dur à trouver ...et puis je compte me lancer un peu plus sérieusement dans l'organisation de concerts, pour l'instant on en a fais qu'un sous le nom de "Teenage spits" mais on devrait en faire un peu plus dans l'année avec la même team le temps de prendre nos marques, s'organiser un peu plus sérieusement ...

-Un truc que t’aurais à rajouter ?
Euuu ben merci d'avoir suggéré ma contribution  et puis euuuu, sainté rules quoi !

QUESTIONS/REPONSES: Bertrand "Tamagawa"

Allez lui je le mets en deuze même s'il est le premier à m'avoir envoyé ses réponses, ahahaha. Je crains rien, dans la vraie vie il est "doux comme un agneau" ! Bon, bien entendu il m'a envoyé une tof que je ne peux pas mettre et j'ai aussi censuré kelks truks parce que: 1) je vise un public familial, 2) l'art, en fait, je m'en branle, 3) je suis pas vraiment démocrate. Donc la censure c'est cool !!


- Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ?
Probablement comme tout le monde, tu montes un groupe, qui en général correspond a ta première expérience musicale, et puisk les activistes déjà en place te prennent pour un petit con pédant (ce qu'en plus, tu es!), tu n'as d'autres choix que de monter ta propre "structure" pour te faire jouer toi même entouré des amis qui font ce fameux groupe avec toi, à savoir OURSONIK dans mon cas...
Evidemment, cela est aussi lié à mes gouts musicaux et esthétiques (donc le punk rock et plus globalement toute la musik bizarre jouée par des dégénérés), à toute la démarche d.i.y., ainsi qu'à mon cursus personnel qui fait que je n'aime pas dépendre de quelqu'un d'autre...

- Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Hhuummm, premiers méfaits, faire croire à toute la ville que notre batteur, Danny était acteur porno ou encore couchait avec un copain de fac en public, lors du grand rassemblement d'Armeville...s'éjaculer dessus, manger des trucs trouvés par terre, branler des chiens à la main à travers un sac en plastik, préparer des plats a ses potes en ayant éjaculer dedans, pour info, j'adore jouir...
Bon, on a aussi monter une asso "Mayonnaise Party" afin d'organiser nos propres concerts et inviter par la même occasion d'autres groupes de la ville afin de copiner avec eux et rentrer dans le circuit on va dire (l'asso existe toujours d'ailleurs!), promouvoir tout ça (nos conneries et l'activité musicale stéphanoise) par le biais d'un zine, Little House, un label pour sortir nos disks et ceux des potes, Mayo Records, toujours en activité, et pour finir, une émission de radio sur Dio qu'on a arrêté cette année après 10 ans d'antenne, et donc un groupe comme pierre angulaire, Oursonik
Ce qui me motivait...la chatte, mec!! mouais, je dois être un créatif, je ne sais pas...il fallait que quelque chose sorte de moi d'une manière ou d'une autre...en plus du foutre.

- Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?
Bon, j'ai commencé a répondre dans la question précédente...Little House a existé durant 9 numéros mais est bel est bien mort et enterré aujourd'hui...j'aimais beaucoup faire ce zine qui parlait essentiellement de mes potes musicos stéphanois, de leurs pratiques sexuelles et ce de manière assez délirante mais j'aurais du mal a faire encore ça aujourd'hui...quoique un dossier "spécial première fois" serait pas mal, avec une interview de J....r, sa première fois est vraiment très romantik bien qu'anale...
L'asso existe donc encore pour quelques évènements sporadiques mais avoir 10 porcs débiles chez moi après le gig me casse assez vite les burnes donc ça reste rare...
Je ne sais pas si c'est nécessaire de faire l'historique de mon parcours musical, je ne conçois pas véritablement ça comme de l'activisme...mais comme de l'art parce que je suis un artiste, mec, un artiste  qui essaie de transporter les gens...

- Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoises en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
En tant que spectateur, mes meilleurs souvenirs sont évidement liés à ma jeunesse, à la découverte du milieu, de ses codes...mes premiers concerts au Mistral et  a l'Entre-pots quand je ne connaissais encore personne, tout me paraissait frais et nouveau, comme un doux printemps, quand tu attrapes ta meuf dans les bois, que tu lui baves dans l'oreille après avoir joui très très fort dans son cul bien rose ! ça remonte a une petite quinzaine d'années maintenant, et la fraîcheur s'est barrée depuis un bon moment malheureusement...
En tant qu'acteur, idem, les premiers concerts d'Oursonik, quand des mecs que tu respectes commencent a venir te voir, bien que le plus souvent tu te déchires monstrueusement !! C'était assez grisant de trouver enfin sa place quelque part ! Puis ton premier enregistrement sur un 4 pistes pourri, ta première démo k7, puis le 7"...
Tout ce qui se réfère a Little House est aussi pour moi une véritable avalanche de bons souvenirs, du contenu jusqu'à notre technik de vente qui consistait à harceler les gens a la fin des concerts pour les forcer a l'acheter, j'aime bien le concept d'harcèlement, ça marche aussi pour le sexe d'ailleurs, j'ai coincé plusieurs bitch comme ça...mais je ne referais pas ça aujourd'hui, on était quand meme bien barrés! aujourd'hui, je suis plus posé, mature, je suis devenu un homme...




- Les pires ?
Quand la miche m'a viré du forum "Saint Etienne Underground", j'ai cru crever !!

- Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
Bonne question, la principale force, c'est quand meme pour moi l'amitié qui lie tous ces gens, créant ainsi un véritable réseau. il y a évidemment quelques brebis galeuses mais globalement, on sait qu'on peut toujours compter les uns sur les autres. mes meilleurs amis sont quasiment tous issus de cette scène et quand il ne s'agit pas d'amitié, on va dire que le respect permet de faire tourner la machine également...toutes ces connexions, je trouve ça assez incroyable !
Je ne vais pas partir dans un discours "lutte des classes" , "eux contre nous, c'est ça la force du punk rock" parce que véritablement, la politik, j'en ai rien a foutre, du moins dans ce contexte là que je relie avant tout a une certaine forme de créativité, d'art, de permissibilité , d'expression de soi ou appelle ça comme tu veux...
après la grande faiblesse, c'est le non renouvellement du public et  de ses acteurs...au bout de mes 15 ans de présence (ce qui légitimise mon avis en plus !), je m'aperçois que je vois toujours les memes gens, faire la meme musik, avec les memes personnes, raconter les memes conneries devant le meme public...créativement/artistiquement, je trouve cette scène très pauvre, complètement repliée sur elle meme et son discours parfois bien démago, en totale opposition avec ce qu'elle croit véhiculer...quand je me suis branché sur le truc, je pensais sincèrement accéder a un milieu riche, totalement mutant...mouais, parfois, j'ai plutot l'impression que le punk rock est juste un repère de feignasses accros a la bière attendant une pseudo révolution qui m'arrivera de toute façon jamais, du moins pas comme ça...que l'Art ou la vraie putain de beauté, tout le monde s'en branle !

- Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
J'ai toujours été bien obsédé par la scène locale, je collecte tous les 7", lp, affiches, flyers etc...mais j'aime surtout la musique, je trouve important de pouvoir ré écouter des skeuds 10 ans, 20 ans après leurs sorties sans les trouver totalement anachroniques...toujours opportuns, donc en gros, je gerbe l'émo core!!
Malheureusement, les disks stéphanois vieillissent assez mal et peuvent meme etre carrément ringards!
Réellement, les deux seuls groupes pour moi a pouvoir prétendre  vraiment à un statut "international" intemporel sont les Perfect Cousins (qui reste pour moi le meilleur groupe du monde a synthé) et les Vomit For Breakfast...le 10" des Perfect est excellent, du son des grattes très rolling stones à la qualité indémodable des chansons!
Putain, j'allais oublier Le Parti, seul groupe intéressant de ces 5 dernières années...


- Tes activités actuelles ?
j'ai un projet solo qui s'appelle TAMAGAWA, c'est de ma musik pour drogués, un truc a la Heldon/Spacemen 3... je fais ce truc depuis 4 ans et ça marche plutot pas mal pour moi entre les tournées et les disks...par contre, j'ai du mal a attraper des meufs après mes gigs et ça, ça me casse vraiment les burnes!
Je joue aussi dans LE CLUB DES GENS SPECIAUX, c'est de la musik pour drogués, un quatuor deux batterie/deux guitares, et lors de notre dernier concert, j'ai failli niquer une meuf, et elle était noire!

- Un truc que t’aurais à rajouter ?
Lors du dernier concert du club des gens spéciaux, j'ai failli niquer une meuf et elle était noire! j'ai aussi appris que tu conduisais une de ces petites voitures sans permis et que tu étais complexé par ça..

QUESTIONS/REPONSES: Franck "le Coach"

Alors voilà, pour alterner un peu avec les témoignages auditifs à télécharger, j'ai balancé les mêmes questions à une quinzaine d'acteurs de la scène stéphanoise, en leur demandant de m'envoyer une paire de photos / illustrations pour aller avec.
On commence avec Franck aka "le coach" !

 


-Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ?
Doucement mais sûrement comme pas mal d'autres, tu commences à jouer dans des groupes, tu vas aux concerts, ensuite tu organises des concerts etc ...

-Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?

Je réponds aux deux d'un coup : alors découverte de la scène punk rock par hasard au cours d'une fête de la zic, je sais plus la date (années 90), un concert de Sixpack devant l'Entre-pôts, grosse claque, j'écoutais déjà un peu de punk rock via le SK8 à l' époque, mais là ce fût une "révélation" :)
Style la semaine d'après, je croise des gars qui posaient des affiche pour un concert de 6pack à l'Entre-pôts cette fois, et du coup  premier vrai concert et deuxième  révélation : je veux jouer dans un groupe comme ça  !!!!! L'énergie, le public en feu, c'était génial ; après j'ai pas raté un concert et j'ai découvert les Perfect et Silicone Damage et tous les autres groupes de St-é, une époque bénie pour l'ambiance et les groupes que j'ai découvert. .Il y avait aussi Préjudice et Bonanza sur Radio Dio qui ont parfait ma culture punk rock hardcore.
Ensuite on a monté SWITCH STANCE.  On savait pas jouer pour notre premier concert, tout était dans l'énergie et ce fut mémorable pour nous :) Et ça nous a surmotivé pour continuer, et grâce à Frank Bonanza et Denis Prejudice, notamment, on a sorti un 45 t qui je pense a été bien apprécié (encore merci à eux deux). Ensuite j'ai joué un peu dans BURN ON ICE, après on a monté EREVAN ( émo) et j'ai rejoins EIS( émo punk) à peu près au même moment. On a sorti pas mal de trucs et fait beaucoup de concerts et on en a organisé quelques uns aussi.  Je joue toujours dans Eis et je suis revenu a mes premiers amours avec les DITCH (hardcore).
Perso j'ai sorti une compil de groupe stéphanois en cd et j'en suis bien content.
http://sainteunderground.free.fr/seubb/viewtopic.php?f=8&t=1356&hilit=coach+compil&start=100

-Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoises en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
En tant qu'actif le dernier qui me reste en tête, c'était vraiment  la soirée concert pour le regretté Hamani :(
J'ai retrouvé "l'unité" que j'avais ressenti lors des premières années où je traînais aux concerts ; on s'est serré les coudes et pour beaucoup ce fut un bel adieu à notre ami.
Pour les concert, il y en a tellement de bon !!!!! que je sais pas quoi citer :)

-Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
Question compliquée :) La scène a bien changé en 20 ans, elle s'est diversifiée ce qui est bien, mais c'est peut être aussi cette diversification qui fait que c'est compliqué maintenant d'organiser des concert, le public ne suit pas forcément contrairement aux années 90 ou t'étais sur de faire le plein, mais bon on continue quand même.



-Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
Oula !!!
le split Sixpack / Perfect Cousins 45t
World Pets 45t
Spit ep
« anpep » des Protex 45t
Post Silly Poulps, l'album

-Tes activités actuelles ?
Je joue toujours dans EIS et aussi dans The ditch, on organise quelques concerts et je fais parti du C.A. de Sauf Imprévu..

-Un truc que t’aurais à rajouter ?
Allez les Verts !!! Même si ça commence a me gaver ces dernier temps :)
Et un grand merci a tous ceux qui m'ont fait connaître cette scène et qui continuent à se bouger encore aujourd'hui, à St é ou ailleurs. Merci a toi et tes acolytes ( Perfect/Protex) de l'époque pour ces bon disques et concerts qu'on a partagé.

24 mai 2010

GOOFBALL (1998-1999)



L'autre jour, j'ai ressorti ma K7 de GOOFBALL, la "first delivery". J'étais bien content, ça faisait plus de 4 ans que j'avais plus de platine K7 et vu que j'en ai récup' une, j'allais me faire un piti plaisir en la réécoutant. D'autant plus que je pense que c'est une des démos de groupes stéphanois que j'ai le plus écouté toutes périodes confondues.
Sauf que, patatra, ya rien sur la bande... J'hallucine. Rien. Mais rien de rien. J'avais laissé la touche sur "enregistrement" ou quoi ??? Elles peuvent s'effacer toutes seules les k7 ? Aaaarrgh.
Bon heureusement j'ai de la ressource (ahah) et donc je vous ai quand même rippé quelques trucs:

- les deux titres, "DOB" et "Tune my guitar", de leur premier 45t sur un label anglais, en split avec les italiennes de PUSSY FACE (du HC gueulard qui le faisait bien). Les deux chansons ont été enregistrées en décembre 1998.


-le titre "I'm dirt" qui figurait sur la compile K7 (sous emballage carton !) du zine LITTLE HOUSE n°7, tiré de la première démo en question.


-"Make my sadness" qui était sur la compile CD anthologique de la scène stéphanoise "Mort Ou Vif" (et qui était aussi sur la dite K7, il me semble)

-"Mazes" qu'on trouvait sur la compile CD "Don't fuck with Saint Etienne" sortie avec un numéro du Meantime zine.


-et enfin "???" qui était sur la compile CD internationale "The Kittenblood compilation Vol. 2" avec pleins d'autres groupes de fiiiiilles du monde entier.



De mémoire, elles ont aussi sorti un autre EP vinyl split avec PEDESTRIAN CROSSING (HC féminin de Sainté) mais je retrouve plus ma copie, beuhhhhhhh.
Sinon, bah GOOFBALL c'était pas vraiment du punk-rock 100% pur spike, plutôt une sorte de mélange de grunge-pop, riot-giiiirl style à grosses guitares avec des plans Stoogiens ou bubble-gum, au choix ! Imaginez les Breeders se mettant au punk lo-fi ou les Red Cross du premier EP qui feraient du grunge !
Bref, c'était excellent !


Depuis, y'en a qui jouent dans LA SECONDA VOLTA et dans RAYMONDE HOWARD (qui font les délices de la presse bobo en ce moment, des Inrock' à Libé !).

c'est ici que ça se choppe !

DVD LA fRANCE PUE

En fin d'année dernière, les gadjos (et gadjettes !) de La fRance Pue ont édité un DVD sous jolie jacquette sérigraphiée présentant 12 ans de concerts organisés sur Sainté par leurs soins.
On y retrouve des vidéos de concerts de plein de groupes de Saint-Etienne, bien entendu: CTB, Straight To Hell, Vomit For Breakfast, Thee Muckrackers, Horfield SC, etc... mais aussi de plein d'autres du monde entier, de M.D.C. aux Burning Heads, en passant par Born/Dead, P.A.I.N., Lexomyl, La Fraction, Colera, et j'en passe plusieurs dizaines !
Vous pouvez le commander
et sinon, vous pouvez aussi le mater ici, c'est cool !

Children by the million sing for ALEX CHILTON when he comes 'round


La vie est mal branlée. Alors que, au hasard, Bono de YouToo ou Jon Bon Jovi coulent des jours paisibles au bord de la piscine olympique derrière leurs palaces californiens respectifs, Alex Chilton est mort il y a deux mois.
Après avoir connu le succés dans les 60’s avec les Box Tops et l’échec commercial total (mais pas créatif !) avec BIG STAR dans les seventies, il sortira quelques skeuds cramés entre 76 et 81 (45t « Bangkok », EP « The singer not the song »,  Lp « Like flies on the sherbert », Lp « Live in london »…) et d’autres plus conventionnels depuis, mais toujours avec cette voix hors du commun et un talent iconoclaste que peu « d’artistes » peuvent prétendrent approcher.
En plus, donc, d’avoir été à l’origine de quelques uns des seuls skeuds valables des seventies pré-77 (écoutez les trois albums de Big Star ! Trois chefs d’œuvres !), il se singularisera aussi par un travail de production visionnaire : premier album des Cramps, quelques uns des meilleurs titres des Replacements (essayez de choper la rareté « Nowhere is my home » sur le mini-Lp anglais « Boink !), etc…
Replacements qui lui rendront à l’époque le plus grand des hommages en intitulant une chanson de son nom :
« If he was from Venus, would he feed us with a spoon?
If he was from Mars, wouldn't that be cool?
Standing right on campus, would he stamp us in a file?
Hangin' down in Memphis all the while.

Children by the million sing for Alex Chilton when he comes 'round
They sing "I'm in love. What's that song?
I'm in love with that song."

Cerebral rape and pillage in a village of his choice.
Invisible man who can sing in a visible voice.
Feeling like a hundred bucks, exchanging good lucks face to face.
Checkin' his stash by the trash at St. Mark's place.

I never travel far, without a little Big Star


Runnin' 'round the house, Mickey Mouse and the Tarot cards.
Falling asleep with a flop pop video on.
If he was from Venus, would he meet us on the moon?
If he died in Memphis, then that'd be cool, babe.
»
Dernière grande chanson des Replacements sur leur premier mauvais disque (« Please to meet me »).
Sans parler de sa participation (batterie + guitare + prod') aux meilleurs skeuds des Panther Burns de Tav Falco (les premiers !), dans un registre rythm'n'blues / rockabilly trash et lo-fi...



Et comme là je suis en train d’écrire un chti article sur ALEX CHILTON pour le père Thierry et son Zine Rotten Eggs Smell Terrible, du coup, hop, j’ai converti deux titres de 45t pour vos petites oreilles émerveillées.
Le premier c’est « New girl in school » présent sur un 45t offert avec le zine La Herencia De los Munsters (début des années 90, par les mecs qui font le label Munster maintenant, avec aussi Raunch Hands, Tav Falco et les Hellcats sur le 45t), un titre live qui déchire !
Le deuxième c’est « Rubber room », un inédit studio qui figurait sur le flexi offert aux abonnés de Nineteen, excellent zine français des 80’s (il était dans le n°23 publié en 1987). Là aussi, une chanson magnifique !

Si vous êtes curieux, allez-y ! Et si vous êtes fan, ces titres n’ont pas dû circuler beaucoup donc faîtes vous plaisir ! c'est là.

Allez, en plus, je ne résiste pas à l'envie de vous balancez une petite interview du gars qui doit dater de la fin des années 80 et que j'avais religieusement découpé à la biblio à l'époque !! (cliquez dessus pour la voir en plus gros):

23 mai 2010

PERFECT COUSINS vol. 1 (1994-1998)


PERFECT COUSINS volume ouane
Allez, là j’ai du matos !

Bon, les Perfect Cousins.
Formés en décembre 94  par Hamani, le bassiste, qui avait appelé des gars qui se retrouvaient sans groupes après avoir joué dans divers combos punk et HC de la ville.
Quelques concerts et à l’été 95, ils enregistrent 10 titres en un week-end, avec Olive Joffrin aux manettes (qui dans la même période a enregistré les Greedy Guts, TV Killers, No Talents, Weak, Cryptones, etc…). Huit titres sont gardés et verront le jour sur un album vinyl en format 25cm à la fin de l’année. 300 copies dont il fallu couper, plier et coller les pochettes à la main arggggghhh.
Le ton est très nettement power-pop punk, avec un chouilla de garage 60’s pour faire bonne mesure. 
A l ‘époque ça plaisait pas trop aux fans exclusifs de H.C. violent, et je pense que ça doit toujours être valable aujourd’hui, héhé. Les influences étaient des trucs bien mélodiques mais rock’n’roll comme les Real Kids, Jam, Undertones, Saints, Prisoners…


Le groupe continue à jouer à gauche à droite et en mai 96 enregistrera 7 titres dans un studio à Annecy en un week-end, toujours avec Olive « la joff’ » à la prod’. Les chansons sortiront sur divers skeuds : 2 sur un 45t en vinyl vert (300 copies), 2 autres sur un split 45t avec SIXPACK (400 copies) et puis les autres sur des compiles vinyl :  1 sur le double 45t « DESINTEGRONS LES INTEGRISTES » (aux côté de Seven Hate, Goober Patrol, Mush, etc…), 1 sur le 45t  offert avec le n°12 du zine LARSEN (avec The Cheeks, Doctor Explosion…), et enfin 1 sur l’album de reprises d’AC/DC par les groupes stéphanois de l’époque (« DESCENDU EN FLAMME » avec Sixpack, Switchstance, DOB…).


Par contre, à force de faire des concerts, le son s’est carrément musclé, et le tout sonne beaucoup plus punk 77 comme leurs apparitions scéniques de l’époque. Pour situer, on peut donner une liste des titres repris sur scène, d’ailleurs (et y’en a un paquet !) : « The way you touch my hand » des Nomads, « Cast of thousands » des Boys, « Sex beat » du Gun Club, « My perfect cousin » et « Jimmy Jimmy » des Undertones (forcément !), « What’s my name » du Clash, « Todd’s killings » des Angry Samoans, « Nothing » de Negative Approach, « Another girl, another planet » des Only Ones ou « Soul shakedown party » des Wailers en version Ramones ! ! Et, bien bourrés à la fin des concerts à domicile, tout le premier album de La Souris Déglinguée ! !


En 97, rebelotte, après un petit enregistrement 4 pistes bien furieux, les revoilou qui se retrouvent dans leur local de répet’ avec un 8 pistes et la Olive. Six titres sont mis en boite en deux jours, mais seul « Fast forward » sortira sur la compilation CD « THAT’S THE WAY COOKIE CRUMBLE ». Le groupe joue toujours, mais moins régulièrement, et au printemps 98, quelques semaines avant plusieurs week-ends de concert, David et Olaf, respectivement guitariste et batteur, décide d’arrêter. Le groupe trouvera en catastrophe Olivier de Sixpack et Junior des Poulps en remplacement pour « honorer les engagements » (ahahah) et fera son dernier concert à la maison sous le nom de Male Models, au café de la gare de la fouill’, pendant le premier match de la coupe du monde 98 (tout le monde regardait la télé au dessus d’eux pendant qu’ils jouaient ! ). Dans le même temps, ils enregistreront une dernière session au local pour des titres jamais sortis.


Après ça, tout le monde jouera dans un nombre incalculable de groupes, donc je vais juste citer ceux qu’ont sortis des disques : Protex Blue, Drunken Vengeance Bastards, Hunchbacks, Thee Muckrackers, Boxing Elena, Straight To Hell, etc… (et j’en oublies !).
Hamani nous a malheureusement quitté il y a un an.



Alors hop, dans ce dossier à télécharger, j’ai mis :
-le 25cm
-tous les titres de la session de 96
-4 titres d’un concert à Sail sous Couzan avec les Burning Heads (dont deux sont respectivement sortis sur la compile LP « Clash On Parole – A Tribute to the Clash » et le CD compilation de la scène stéphanoise « Mort Ou Vif », et deux autres complètement inédits que j’ai retrouvé sur une K7. Le son est clean, c’était un truc enregistré en sortie table de mixage.
-« Nothing » tiré d’un enregistrement 4 pistes et déjà présent sur la compile CD « Don’t fuck with Saint-Etienne ».

Tous les titres des vinyls ont été rippés d’après les vinyls.

Et ici, vous pouvez aussi télécharger l’intégralité de la session de 97 (il faut en remercier Stef « RAD PARTY » qui l’a en fait rippé d'après K7 et mis sur son blog).



Voili voilou, dans un futur plus ou moins proche, je ferais le PERFECT COUSINS vol 2 où j’essaierais de vous mettre :
- les deux titres inédits de la session du 25cm
- d’autres titres live
- l’enregistrement 4 pistes réalisé par François de Switchstance
- le dernier energistrement avec Olivier à la gratte et Junior à la batterie.

C’est pas pour tout de suite, hein…