21 juil. 2020

Summer fun !

Comme le chantaient les Barracudas !



THE CHISEL "Deconstructive surgery" 7'
Wahou, c'est du féroce ! Faut croire qu'avec toutes les merdes qui leur tombent sur le dos, les angliches sont sévèrement remontés, ces temps-ci ! Comme le dit leur label, ces gars mélangent allègrement le HardCore au punk UK82 avec un soupçon de Oi!, et du coup, bien entendu, ça fait un peu penser à Negative Approach. En fait, les titres rapides m'ont aussi rappelés N.O.T.A. et les plus lents ne sont pas si éloignés que ça des meilleurs groupes Oi! du début. Vous l'avez compris, ça tabasse tout du long, c'est chanmé et agressif avec un son juste crade sur les bords comme il faut. Les paroles sont du même tonneau, ça cause de bastons, d'oppression de classe et de leur ville (Blackpool, si j'ai bien compris ?). Very good, indeed ! Le genre de skeud idéal pour quand on a un petit coup de mou: ça requinque ! Et comme en plus les chansons sont bonnes et que ça ressemble pas non plus comme deux gouttes d'eau à des vieux groupes (même si j'en ai cité pour baliser un peu les choses), ben ça donne un EP 5 titres qui déchire bien comme il faut, carrément le haut de la poubelle punk actuelle. 'Nuff said. (La Vida es un Mus)



HARD SKIN « South east enders » 12'
Il y a un truc de certain : la conception des pochettes de Hard Skin, ça demande pas un budget de taré ! C'est les mêmes depuis 25 ans ! Et niveau zik, c'est un peu le même topo, vu qu'on ne change pas une équipe qui gagne, vous devriez le savoir. On retrouve donc grosso-merdo l'habituel détournement assumé du modèle « Cockney Rejects 1980 » avec ça et là des éléments du Sham 69 des débuts. Sur les six titres ici présents, ils se sont moins lâchés sur des plans à gros riffs r'n'r directement inspirés des Professionals ou de Thin Lizzy comme sur les 2/3 skeuds précédents et on a plutôt une optique glam / Cock Sparrer sur une paire de chansons, en fait. Et il y a aussi un ou deux titres basiquement punk de rue à la Ejected, si je puis dire. Comme quoi, en définitive ça a un peu changé, ils veulent me faire mentir ?! En tous les cas ils ont toujours ce talent évident pour nous pondre de grosses décharges de Oi ! aux refrains imparables et c'est tout ce qu'on leur demande ! Comme je le dis toujours, ils sont plus drôles que les groupes Oi ! sérieux, mais écrivent aussi de bien meilleures chansons, un comble ! C'est sans doute pas leur meilleur disque (pour ça, « Same meat, different gravy » reste en pole-position) mais c'est du solide, le genre de rondelle idéale pour combattre la morosité ambiante. (JT Classics)



KIAL? « s/t » 7'
Je suis vraiment pas très calé lorsqu'il s'agit de décrire ce genre de punk-HardCore et complètement à la benne s'il s'agit de vous trouver l'étiquette qui va bien… Bref, ça vient de bretagne, ya au moins un membre de Bakounine dedans et d'autres gars qui jouent dans je-sais-plus-quels groupes ; et ça envoie le bois, nomdidiou ! Chais pas, c'est du D-Beat ? En tous les cas ça va vite vite vite, ça braille tout ce que ça sait, ya des riffs qui te pilonnent la face et une prod' bien rugueuse super adaptée au format. T'as pas eu le temps d'y faire gaffe que les six titres sont déjà finis ! Très convaincant de bout en bout, avec une rage non feinte qui transcende le tout. Et puis purée, même si les paroles sont en espagnole (je comprends rien au sponge), ya des petites explications en françé et je partage plus qu'un peu les sentiments exprimés : « Les gouvernements et les états s'efforcent de nous assassiner et de nous diviser entre gens précaires. Les petit-bourgeois conformistes aux discours stéréotypés qui essaient de diviser la scène ne sont que des larbins du gouvernement. Guerre sociale ! ». Yeaaaahhhhhh. Chopez moi ça. (Kial?)



THE TIMES « Red with purple flashes » 7'
The Times, c'était le groupe à Ed Ball, ex-O'Levels et aussi membre des Televison Personalities, pour résumer deux des premiers groupes punk à avoir développé un son et une esthétique radicalement DIY, bricolée et pop à la fin des années 70. Là c'est leur premier 45t de 1981 et je suis super content de cette réédition vu que je ne connaissais que leurs albums de la fin de la décennie (qui sont un peu trop « pop légère » à mon goût). « Red with purple flashes », avec son titre emprunté à un slogan de The Creation, est une chanson fantastique. Un pur tube de pop vitaminée, empruntant largement à The Jam, avec un chant qui peut rappeler les Buzzcocks. Sans rire, ça snap, ça crackle, ça pop ! Oubliez tous vos trucs de power-pop poussive, v'là le vrai truc ! Impossible d'y résister. La face B, je m'attendais à une reprise de The Creation (encore!) vu qu'elle s'appelle « Biff ! bang !pow !», le titre d'un des hits de ces légendaires Mods anglais 60's amateurs de pop-art et de distorsion… et ben pas du tout, c'est un original ! Et excellent avec ça, reprenant le style de l'autre face avec un rythme « soul-punk » directement pompé sur un titre du groupe à Paul Weller. Z-êtaient tout de même chelou, c'est comme si un groupe fan de Clash appelait un de ses titres « London calling », en fait !?! Passé cet étonnement, ce 45t est juste parfait, juste jouissif, juste indispensable. (Static Shock records)



NEWTOWN NEUROTICS « Kick out ! » LP
Nom de naïte ! Une compile des 45t des Neurotics ! Bon, œuf corse, c'est pas la première… et bien entendu, je dois déjà avoir tous ces morceaux en vinyl, à deux titres près, et tous en CD d'façons… (que je suis con!). Mais mais mais, ça vaut super le coup tout de même vu que ce disque sort en parallèle d'un film les concernant et surtout que c'est sur Sealed Records. Du coup, vu le label, ya un super et épais livret format 33t dedans dont j'ai envie de dire qu'il vaut l'achat à lui tout seul (enfin, au moins pour les fans du groupe comme moi, ça tombe bien!). Et du coup, le mastering est super et le son aux petits oignons, bien supérieur aux skeuds de la même période réédités ces derniers temps par nombre de labels spécialisés dans les repress qui s'emmerdent beaucoup moins la vie. Donc les Newtown Neurotics : un trio de fanatiques des Ramones qui se sont appliqués pendant quasi 10 ans à produire un punk rock mélodique sur fond d'excellentes paroles à la fois politiques et personnelles, un des grands groupes du punk anglais de la 1ere moitié des 80's pour moi. Ici, ça reprend les six premiers 45t du groupe, de 79 à 84 (et un titre de compile), et paye tes classiques : « When the oil runs out », « Kick out the tories », « Mindless violence », « Suzi is a heartbreaker », etc ! Ils avaient une qualité d'écriture bien au dessus de la moyenne et une capacité assez incroyable à proposer un truc complètement unique. De l'indispensable, tout simplement. Un groupe loin des clichés du punk, qui mettait ses convictions concrètement en oeuvre (la praxis, les gars!) en jouant non-stop en soutien à des grèves et autres mouvements sociaux. Je les ai découvert à 15 ans, au milieu des 80's, avec « Kick out the tories » et ils ne m'ont jamais quitté depuis. Et les paroles de cette chanson sont toujours d'actualité, putain ! « Virons la droite » !! Si vous ne devez acheter qu'un seul skeud punk cette année, ça mériterait bien d'être celui la. (Sealed Records)



COMPLETE CONTROL « Bricks blood'n'guts (in 1985) » LP
Cool que ce skeud soit réédité parce que l'original, sorti en 1985 sur Oi ! Records, je l'ai jamais jamais jamais vu ! En fait, je ne connaissais que leurs deux morceaux sympas sur la compile « This is Oi ! », ça fait pas lourd. Complete Control, c'était un groupe de hooligans Gallois avec Bilko, ex-Anti-Social Workers (un LP produit par Mad Professor !!) et futur Blaggers, et Matty, futur Blaggers aussi, qui avait alors "Lacoste" comme surnom vu que c'était une marque prisée dans les tribunes d'outre-manche en ces temps là. En définitive, un des très rares groupes « punk » à avoir épousé la culture « casual » alors hégémonique dans les stades anglais : faut pas se leurrer, les groupes de skins avaient beau tous pondre une « chanson de foot », dès 1982-83 c'est pas eux qui régnaient dans les stades mais bien les casuals, hein. Donc je savais pas trop où je mettais les pieds et c'est pas mal, pas mal. On est tout de même loin de l'excellence du premier LP des Blaggers (« On yer toez » aussi publié par Oi ! Records, mais quatre ans plus tard), principalement en raison d'une production timide, ou d'une absence de production, plutôt. Le disque sonne terriblement comme une démo : la prise de son n'est pas mauvaise, c'est juste que le mix est tout pourri, trop neutre, sans relief… dommage. On peut aussi dire que Matty n'avait pas encore atteint son rythme de croisière : son chant est parfois emprunté, souvent en retrait, bref on est encore loin de la gniaque et de la concision dont il fera preuve quelques années plus tard. Le tableau que je vous dresse ici est un peu sombre car en définitive, ce n'est pas un mauvais skeud : ya de chouettes refrains, des lignes de basses qui tuent, et finalement (presque) tout ce qu'il faut pour faire un bon disque de punk. Mais la comparaison avec le LP des Blaggers joue pas en sa faveur, c'est certain. Pour les completistes en matière de Oi ! et les fans ultras des Blaggers, c'est donc un super document, mais ça n'est pas indispensable pour les autres. (Mad Butcher)



ANTHRAX « They've got it all wrong » 7'
Ahah non, il ne s'agit pas du groupe metal ricain mais d'un groupe anarcho-punk anglais du début des années 80 ! Là il s'agit de la réédition de leur premier 45t sorti en 1983, juste avant un autre publié sur Crass Records. Les quatre titres sont vraiment excellent, dans un style pas très éloigné de Conflict et de la frange la plus rapide de l'anarcho-punk mais néanmoins traversé de fulgurances mélodiques qui les rapprochent un peu d'Omega Tribe, ou presque. Sans déconner, c'est vraiment vraiment bonnard, du punk sincère joué par des ados véners, avec de bonnes paroles et une super pochette ! La chanson « Got it all wrong » est juste un grrroooos tube des familles, le truc totalement imparable. Un petit classique en bonne et due forme. Classique oublié, certes, mais classique tout de même ! Ce qui serait bien, c'est que le 2eme EP soit réédité aussi mais vu le prix des rééditions de Crass (22 euros le lp ! « pay no more than... » et tout ça, c'est du passé, hein!), je sais pas si je pourrais me l'offrir ahaha ! (Mad Butcher)


B.R.A. n°9
Purée, j'étais certain que ce skin-zine bordelais n'existait plus depuis au moins 10 ans ! Bah je m'a trompé, comme on dit aha. Alors le truc surprenant pour un zine de rasés, c'est qu'on a droit à des trucs qui sortent un peu du chemin sur-balisé habituel : une interview de Los Mirlos, un groupe de Cumbia, ou une autre du vigneron punk qui produit les vins « Les sabots d'Hélène ». Excellent et passionnant !! On a aussi les trucs obligés, avec œuf corse du reggae : interview de John Holt, malheureusement ici dans la tradition des vieux artistes jama bien egocentrés, et œuf corse aussi de la Oi ! avec The Unborn, groupe rital à donf' dans un concept films d'horreur, une interview bien cool qui m'a donné envie de les écouter, pour tout dire. C'est le but, non ? Et le plat de résistance : un dossier sur Le Mors Aux Dents. C'est la raison pour laquelle j'ai récup' le zine, honnêtement, et c'est super bien, on en apprend enfin un peu plus sur ce mythique et énigmatique groupe Oi ! de la fin des années 80 qui avait pour singularités le fait d'être d'extrême-gauche et du pays basque nord (ça chante en français, quoi!). Le tout est bien présenté et rédigé dans un bon esprit, donc une super bonne surprise ! ( fanzinebra et hotmail point com)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire